Caroline Boyle-Turner

Historienne d'art indépendante, La Bretagne, France



2018 Projets:

Exposition: Commisseur d’exposition, Paul Sérusier et la Bretagne, légendes et sortilèges, Musée National de la République du Kazakhstan à Astana, 28 juin, 2018  - 28 septembre, 2018.

Conférences :

1. Paul  Gauguin, Recherche de son rêve, 18h, 23 juin, Alliance Française, Astana.

2. Paul Gauguin: sa recherche de l'exotique: de la Bretagne jusqu'à Tahiti et les Marquises, 15h, 29 juin, Musée national de la République du Kazakhstan, Astana.

3. Paul Sérusier, le peintre aux sabots, 12h, 30 juin, Musée national de la République du Kazakhstan, Astana.

Documentaire télévisé: LES EGERIES DES GRANDS HOMMES, "Tehura-Paul Gauguin", 11 septembre, 20h20, France 5.

Conférence : « Paul Sérusier : Expériences avec la couleur », 6 décembre, 14h30, UTL Vannes

2019

Lectures

Paul Gauguin Families. 10 Février,  13h- -15h30.  Musée de beaux-arts de San Francisco-De Young / Légion d’honneur. La conférence fait partie  d’un colloque autour de l’exposition Paul Gauguin: a Spiritual Journey.  Les historiennes d’art Elizabeth Childs and Belinda Thompson feront parti du colloque, avec aussi Maria Gauguin, l’arrière petite-fille de d’artiste (en anglais).

Conférence : « Paul Sérusier’s spiritual search through Eastern sources : A full  circle back to Brittany », College Art Association meeting, Symbolism session, February 14, 16h,  Hilton  Hotel, Sutton Center, New York (en anglais).

Paul Gauguin en Polynésie, 1 avril, 19h, La Cour des Arts, Ciné-Palace, St Rémy de Provence


Il y a dix-huit ans, Caroline Boyle-Turner fut invitée à donner une conférence à bord d'un navire de croisière de luxe dont l'itinéraire suivait celui de Paul Gauguin, de Tahiti aux îles Marquises. Et ce fut le coup de foudre. Belles autant que sauvages, les îles Marquises possèdent une histoire culturelle grandement occultée depuis leur colonisation par les Français en 1842. Gauguin arriva trop tard pour pouvoir appréhender pleinement la richesse et la complexité de cette société, mais après avoir débarqué sur l'une des îles, Hiva Oa, en 1901, il consacra son art et sa vie quotidienne à observer la singularité des autochtones, les couleurs chatoyantes qui l'entouraient et le mystère des anciennes croyances encore perceptibles sous la surface. L'historienne de l'art en fit l'objet de sa recherche. Elle ne fit pas moins de vingt séjours sur l'île, passa des heures à creuser dans les archives de France, de Papeete et d'Hiva Oa, et remonta la trace des descendants de l'artiste aux Marquises, au Danemark et à Tahiti. L'heureuse découverte de quatre dents cariées de Gauguin ouvrit la voie à une étude scientifique qui permit, entre autres, d'établir l'identité d'un de ses petits-fils à Tahiti et de découvrir la dépouille du père de Gauguin au Chili, dans un cimetière reculé, tout en soulevant des questions sur l'état de santé de l'artiste. Les résultats de cette enquête sont aujourd'hui rassemblés dans un livre de 250 pages intitulé Paul Gauguin & the Marquesas: Paradise Found? (Paul Gauguin & les Marquises : paradis trouvé ? pour l'édition française, traduit par Belem Julien). Les deux éditions sont publiées en France par les éditions Vagamundo et sont disponibles sur Amazon, en librairie dans de nombreux pays ou directement auprès de l'éditeur. D'autres sujets restent à explorer et promettent de nouveaux voyages vers ces îles enchanteresses.

La carrière de Caroline Boyle-Turner, qui débuta au Beloit College (Wisconsin), l'emmena à Rennes, à l'université Columbia, puis à Paris, à La Haye, et enfin à Pont-Aven, en Bretagne. Ce ne fut donc pas un parcours linéaire, mais chaque étape entraîna la suivante, ouvrant des portes sur des développements imprévus. C'est ainsi qu'avec l'aide et l'encouragement d'amis, de soutiens, d'étudiants et d'enseignants en art du monde entier, Caroline Boyle-Turner fonda une école d'art à Pont-Aven (The Pont-Aven School of Contemporary Art, aujourd'hui fermée). Son travail s'est toujours intéressé aux artistes qui œuvrèrent aux côtés de Paul Gauguin à Pont-Aven, en particulier Paul Sérusier. Aujourd'hui présidente du Comité Paul Sérusier, l'historienne de l'art peut poursuivre l'étude des œuvres de cet artiste, puisque les cinq experts du comité procèdent à une extension du catalogue raisonné où figurent plusieurs centaines d'œuvres, et s'attachent à déterminer les dates d'exécution des tableaux, à préciser les détails de la vie de l'artiste et à démêler les erreurs d'attributions (www.comite-serusier.com). La recherche ouvre d'infinies possibilités. Le fait de vivre à temps plein à Pont-Aven facilite l'accès aux bibliothèques, aux collectionneurs et aux expositions européennes. Les voyages, qu'ils soient motivés par la recherche, par les conférences ou par le simple plaisir, conduisent Caroline Boyle-Turner et son mari Hank vers des régions du monde inattendues, à la rencontre de personnes passionnées par leurs propres recherches et désireuses de les partager au cours d'échanges stimulants. Caroline Boyle-Turner donne régulièrement des conférences, autant en anglais qu'en français.

Photo de Caroline
Photo: Christophe Trarieux, 2015

Livres publiés

Paul Gauguin & the Marquesas :  Paradise found? Cover photo
Photo de couverture: Heidy Baumgartner-Lesage

Paul Gauguin & les Marquises: paradis trouvé?
Éditions Vagamundo, 2016.

Acheter sur Amazon.fr

Autre publications

  • Paul Sérusier en Bretagne, Chasse Marée, Brest, 1995
  • Les Nabis, Edita, Lausanne, 1994
  • Une vie de Bohème, Lettres du peintre Armand Seguin à Roderic O'Conor, co-editor, Musée de Pont-Aven, 1989
  • Jan Verkade, 1989, Waanders, The Netherlands (Dutch, German, French and English editions)
  • Paul Sérusier, Edita, Lausanne, 1988
  • The Prints of the Pont-Aven School-Gauguin and his Circle in Brittany, Abbeville Press, 1987
  • Paul Sérusier, PhD. dissertation, UMI Press, 1981

Education

  • B.A. Beloit College
  • M.A. Cleveland Museum of Art/Case Western Reserve University
  • PhD. Columbia University
  • Fulbright Fellow — France
  • Honorary Doctor of Humane Letters, Marymount Manhattan College, 2001